AI - Singularité .... Pourquoi cela n'arrivera pas !

D'abord il faut comprendre qu'on a deux compréhensions possibles de l'idée de singularité.

La singularité technologique


Reprenons d'abord les bases : il y'a deux concepts dans le mot singularité ... On a d'abord la singularité technologique :

"La singularité technologique (ou simplement la singularité) est l'hypothèse selon laquelle l'invention de l'intelligence artificielle déclencherait un emballement de la croissance technologique qui induirait des changements imprévisibles sur la société humaine" (wikipédia)

Cette singularité existe bien et depuis les makers jusqu'aux développement en cour, cela a démarré !
 et on a l'IA forte.

La singularité ou l'IA Forte 

Puis il y'a la singularité au sens d'une intelligence artificielle qui deviendrait autonome et s'améliorerait d'elle même.

A supposer qu'on y arrive, qu'aura-t-on ? 

Il faut faire la différence entre la capacité de calcul et la conscience qui ferait que l'IA évolue d'elle même ... Ainsi si vous essayez de faire une multiplication de tête par exemple 58639,36 x 8596,125 ... Il y'a peu de chance que vous y arriviez. Votre calculatrice si... Et pourtant est elle plus intelligente que vous ? La capacité de calcul n'est pas une intelligence au sens étymologique (càd créer des liens entre).
Cette calculatrice est elle plus intelligente que vous ?

Puis on doit se poser la question de la capacité d'apprentissage d'exploration et à s'auto-améliorer de l'IA... Et peut être oublier, ce qui est induit par Alan Turing dans son article fondateur (ou il propose l'imitation game), l'anthropomorphisme de l'IA. Une véritable IA forte n'a pas forcément vocation à imiter l'humain.... Et si on arrivait à une singularité, qui sait elle aurait peut être l'autonomie d'évolution d'un labrador, voir d'un escargot ... Dans ce cas là il s'agirait autant d'une différence de degré (puissance d'intelligence) que de nature (type d'intelligence).

et pourquoi faire ? 

Quelle serait l'utilité de cela, au sens économique ? L'IA nécessite de gros moyens. L'IA faible est déjà en soi un objectif fondé économiquement... De nombreux rapports d'ailleurs vont dans le sens que les plus gros retours sur investissement se situe sur les composants de base et leurs bonnes utilisations... Donc pourquoi financer un tel Golem Technologique ?

La tentation mystique 

Bien sur quant on va du côté de Kurzweill, avec le transhumanisme, je vois d'abord un tentative de créer une mystique autour de l'IA voir une religion. Cela peut se comprendre quand les sociétés occidentales, d'abord pour favoriser le consumérisme, sont devenues totalement nihilistes, faute de prendre soin du cerveaux droit.... Au passage je vous recommande un superbe documentaire sur NetFlix Innsaei la puissance de l'intuition, histoire de se refaire un espace pour le cerveau droit sans tomber dans les délires du transhumanisme.



Toutefois nous sortons là de la raison.... et je ne peux m'empêcher de constater que ceux qui vendent "la singularité" sont souvent des non praticiens de l'IA, ils ne la pensent pas, et n'en font pas, ils la commentent seulement ( un médecin, un mec qui a fait science-po, et un mathématicien pour les derniers à la mode)

Les experts eux par contre doute de cela et pensent de plus en plus que cela nécessitera encore énormément de temps et encore, si c'est possible. Il suffit d'ailleurs de constater combien de fois ce fantasme a été prédit et reporté...

Conclusion

Personnellement je vois deux raisons de ne pas y croire conceptuellement : Même si en neuroscience les fonctionnalistes sont dominants (ceux qui pensent que nous sommes que raisonnements mécaniques et chimiques), j'aime l'idée développée par Roger Penrose (il y'a déjà longtemps) qu'il y'aurait du quantique dans l'esprit humain, même si ma raison s'y oppose ; Ma seconde raison est que je pense qu'imiter le raisonnement humain suffit en terme de nécessité fonctionnelle et économique.

Je ne peux m'empêcher de me rappeler que ce qui est vendu comme de l'IA n'est pas finalement de l'IA mais juste des modèles d'apprentissage un premier pas vers l'IA, mais pas de l'IA dans 80% (bah oui le machine learning ce n'est pas de l'IA)...

Puis j'ai une petite voix dans la tête qui, comme pour l'étude de la Oxford School de 2013 (lisez là et intéressez vous à qui l'a écrite) il n'y aurait pas un jeu de faire peur pour survendre l'IA en la rendant plus puissante qu'elle est...

Si vous avez un mac, essayez juste d'avoir une discussion avec SIRI... Et vous serez fixés :-)

Et pourtant je continue de réver à Hall.....

Bien à vous

Jérôme


Commentaires

Articles les plus consultés